Archive

Tag Archives: Christophe Bourguedieu

La Montagne était à l’origine un projet commandé par la ville de Clermont-Ferrand. Il devient aujourd’hui le nouveau livre de Christophe Bourguedieu.

La Montagne

photographie Christophe Bourguedieu, texte de Michel Poivert

format 28×23 cm, 64 pages, 26 reproductions quadrichromie

Editions Loco, juin 2012

 

L’articulation des photographies, par « phrases » rythmées, dévoile progressivement une autre lecture du récit : dès l’ouverture, la rue qui mène à l’usine Michelin et à ses cheminées fumant sous un ciel orangé apparaît comme le théâtre d’une tragédie provinciale, les colonnes ainsi figurées annonçant le bois enchanté dans lequel veille un chien blanc. Des passions étouffées s’agitent. Un homme tire au pistolet, une jeune femme détourne la tête, des rugbymen épuisés s’effondrent sur le terrain comme des chevaliers vaincus. La Montagne nous montre comment l’univers de Christophe Bourguedieu s’adapte pour décrire nos contemporains, le mélange des temps, la présence des « gens », et s’engage sans hésiter dans un prosaïsme réenchanté.

 

« Aux États-Unis (Éden), en Finlande (Tavastia) ou bien encore en Australie (Les Passagers), Christophe Bourguedieu travaille depuis longtemps à saisir par les corps, les regards, les chemins et les architectures, le sentiment d’un monde contemporain occidental. Ce que l’artiste perçoit est le réservoir des humains. Des lieux où une communauté maintient dans un transparent secret l’héritage démocratique. Pour une fois en France, il nous livre avec La Montagne une ballade – genre réservé à la musique, mais dont je vois ici un équivalent –, une ballade photographique donc, pour se plonger dans l’espace de la collectivité. » (Extrait du texte de Michel Poivert)

 

Signature le mercredi 20 juin 2012, librairie photographique le 29

Une exposition des œuvres de Christophe Bourguedieu se tiendra du 15 juin au 19 septembre 2012 au Centre photographique de Clermont-Ferrand.

Extrait du film Le Regard du myope, Benjamin Serero, 2009.DR

Le cinéaste Benjamin Serero a réalisé un film intitulé Le regard du myope, consacré au travail du photographe Christophe Bourguedieu qu’il a suivi lors d’un voyage en Finlande. Le document s’applique à décrire la méthode de Christophe Bourguedieu, ou plutôt son absence de méthode, quelque chose comme une manière de quête de la relation. S’agit-il d’un compte-rendu fidèle ou bien d’une mise en scène d’un des photographes les plus secrets de la scène contemporaine ? La projection du film sera suivie d’un entretien avec le réalisateur et Christophe Bourguedieu.

© Christophe Bourguedieu, Tavastia

Christophe Bourguedieu et Benjamin Serero seront invités par Michel Poivert, le mercredi 3 février 2010, à 18h30.
Le cycle d’entretiens proposé par la Société française de photographie aura lieu cette année à l’Université Paris I, Centre Michelet, 3 rue Michelet, 75006 Paris. (Amphithéâtre).
 de 18h30 à 20h30, entrée gratuite, sans réservation.

Christophe Bourguedieu
Les passagers. ed Le Point du Jour

passagers.jpg
Sans titre, 2005, photo, © et courtesy: Christophe Bourguedieu, tous droits reservés

Figure discrète de la scène artistique française mais à l’audience sans cesse grandissante auprès de la plus jeune génération, Christophe Bourguedieu a publié Le Cartographe (2000), Tavastia (2002) et Eden (2004), fidèle à son éditeur Le Point du Jour. Son quatrième ouvrage est consacré à son voyage australien. L’univers qu’il construit au fur et à mesure de ses livres accorde une place essentielle aux atmosphères et à la psychologie de personnages dont les existences nous restent inaccessibles, mais dont on sent profondément l’incertitude face au destin. Inspiré aussi bien par le cinéma, la littérature que la musique, Bourguedieu travaille à ciseler le genre mineur un peu à la manière, pour les amateurs, du chanteur américain Daniel Johnston. En permanence conscient de l’échec qui menace l’ambition à faire œuvre, son art consiste à ne jamais se dérober devant la trivialité de la photographie et a mesurer la distance psychologique par la couleur et l’optique de manière à prendre la position la plus équitable face aux personnages qu’il façonne. Car, contrairement à ce que pourrait d’abord laisser croire les photographies de Christophe Bourguedieu, il ne s’agit en rien d’une approche naturaliste mais bien d’une construction où lieux et personnages bâtissent dans l’œuvre elle-même leur relations. Loin du photoreportage esthétisé, du documentaire social trash ou bien encore du tableau de la photographie “contemporaine”, l’œuvre de Bourguedieu s’inscrit dans la région humaine de l’art que l’on approche en lisant Raymond Carver ou en écoutant une mélodie des Kinks.
Michel Poivert

CLINIC, the first project developed by RVB, aims to explore the aesthetics of the medical universe through contemporary photography. Going beyond photojournalism, twelve photographers have confronted their unique perspectives regarding the multiple facets of this theme. Partly created through artist residency programs in hospitals, their works deliver an intimate vision of these spaces and their inhabitants.

Olivier Amsellem, Constant Anée, Eric Baudelaire, Christophe Bourguedieu, Geoffroy de Boismenu, Peter Granser, Jacqueline Hassink, Albrecht Kunkel, Ville Lenkkeri, Matthew Monteith, Mario Palmieri, Stefan Ruiz

gdb.jpg
Geoffroy de Boismenu / CLINIC / RVB

http://www.rvb-asso.org/

%d bloggers like this: