Archive

fiction

Vincent Delbrouck

AS DUST ALIGHTS

delbrouck_IMG_3840

THE HIMALAYAN PROJECT – PART 1
Self-published by V.D.
WILDERNESS self-publishing project, Loupoigne (B), May 2013
Limited edition of 200 copies with unique cover titled, signed and numbered by V.D. with his red marker
Each copy also includes 2 loose prints and 3 colored paper documents/poems by V.D.
240 x 320 mm (9,4 x 12,6“) , 56 pages, softcover
Offset printing on Papyrus Original Gmund Tactile Cream paper
Layout by V.D. and Philippe Koeune at Valley the Valley

Collector edition : 30 collector copies coming with a A4 C-print (ed.80) of “Roofplants”, all slipped into a very special and beautiful silk Tibetan book-pouch with a V.D. in red color tape stuck to it

ISBN 978-2-9601337-0-7

delbrouck_IMG_3841 delbrouck_IMG_3848 delbrouck_IMG_3855 delbrouck_IMG_3856 delbrouck_IMG_3866 delbrouck_IMG_3883 delbrouck_IMG_3893 delbrouck_IMG_3898 delbrouck_IMG_3929

Advertisements

Max Pinckers

70_max-pinckersthe-fourth-wall012

A photograph of two men in uniform climbing over a fence, escaping. A re-enactment of a moment that just passed. They do it over again with great pride and pleasure. Later I read an article in the newspaper. Two men use sleep-inducing gas to rob a struggling actress in her home; the same gas used in a 1972 super hit film in which a cook robs his landlord. An image that I’ve been planning to make for some time comes to mind – a thick cloud of smoke in a bedroom film set. Two men in uniform sitting in a park. I photograph them. They pretend to have just woken up. On a Bombay rooftop I make a portrait of a Salman Khan look-alike. Another article tells me how a young girl loses herself in this big city in search of her idol, Salman Khan.

70_max-pinckersthe-fourth-wall004

70_max-pinckersthe-fourth-wall005

I had come to India in search of the pot of gold only to find that that pot had been buried deep in my unconscious”.
– Vijay Mishra, Bollywood Cinema: Temples of Desire

70_max-pinckersthe-fourth-wall031

70_max-pinckersthe-fourth-wall052

70_max-pinckersthe-fourth-wall073

70_max-pinckersthe-fourth-wall028

70_max-pinckersthe-fourth-wall057

69_max-pinckersthe-fourth-wall20

70_max-pinckersthe-fourth-wall106

69_max-pinckersthe-fourth-wall06

70_max-pinckersthe-fourth-wall099

70_max-pinckersthe-fourth-wall112

Transparency prints in afzelia wood light boxes 110 x 95 x 15 cm,
made in collaboration with Gauthier Oushoorn,
unique editions + 1AP.

69_max-pinckersthe-fourth-wall02

Texts:
Exchanging Gazes by Laura van Grinsven, Mamihlapinatapai, 2012
Introduction for .tiff magazine by Hans Theys, 2012
Tegenpolen in omhelzing by Han Ceelen, De Morgen, 2012

69_max-pinckersthe-fourth-wall01

Self published by Max Pinckers

Design by Christof Nüssli
Werkplaats Typografie, Arnhem, The Netherlands
ArtEZ Institute of the Arts

Softcover with flaps
195 x 273 mm
192 pages
Offset on 45g newspaper
Full color
Glued
Edition of 1000

ISBN 978 9 0819 7150 8

Texts:
Exchanging Gazes by Laura van Grinsven, Mamihlapinatapai, 2012
Introduction for .tiff magazine by Hans Theys, 2012
Tegenpolen in omhelzing by Han Ceelen, De Morgen, 2012

Thanks V.D.

La Fabrique du pré – The making of a meadow

Photographies Cyrille Weiner, Nanterre, 2004-2012

Prix Lucien Hervé et Rodolf Hervé 2012 – Rodolphe Hervé et Lucien Hervé Prize 2012

De l’urbain à l’humain

Ce lit de verdure n’inspire pas l’abandon mais l’attente. Surplombant un échangeur immense, cerclé de tours, il est une butée végétale contre laquelle l’axe historique de l’ouest parisien s’est rompu. Sur ce bout d’autoroute retourné à l’état sauvage, les pierres ne racontent plus rien. Elles laissent advenir l’inouï. Sensible aux interactions du naturel et du construit, Cyrille Weiner interprète cet espace dans sa force de destruction et de renouveau : les poussées de sève font craquer le bitume, le sable fluide détruit des murs de soutènement, les plantes s’agrippent aux parapets de l’autoroute. Tout communique, déborde et se déploie sur ces infrastructures qui façonnent un paysage à la mesure de l’homme. La friche, avec ses emmêlements de plantes, convertit le territoire en une zone libre, ouverte à de multiples usages. Comme rescapés de villes où triomphent le repli sur soi, la propriété privée et l’isolement, quelques hommes reconquièrent ici leur temps, leur énergie et leur imaginaire. Cyrille Weiner observe cette réappropriation concrète de la friche, ces corps et mains qui bêchent, plantent, défrichent et fabriquent le pré. Mais cette réalité première est filtrée, transcrite en une fiction de fin du monde et de paradis perdu. Dans la friche au dessein suspendu, les repères de temps se troublent, ces hommes ressemblent aux premiers et aux derniers.

Marguerite Pilven, octobre 2012

From urban to human

This bed of greenery inspires not abandon but an awaiting. Overhanging a vast motorway junction, circled by towers, it is a vegetal stop against which the historical axe of the Parisian West comes to break. On this section of motorway returned to a state of wilderness, the stones tell no more stories. They allow the unexpected to come into being. Sensitive to the interactions of the natural and the man-made, Cyrille Weiner interprets the space in its force of both destruction and renewal: spurts of sap crack through the cement, fluid sands destroy the supporting walls, plants grip onto the motorway parapets. Everything communicates, overflows, spreading out over the infrastructures that shape the landscape to the measure of man. The wasteland, with its tangles of plants, converts the territory into a free-zone, open to a multitude of uses. As if escaped from towns in which introversion, private property and isolation triumph, a few men here seem to reconquer their own time, energy and imagination. Cyrille Weiner observes this concrete reappropriation of the wasteland, the bodies and hands that dig, plant, weed and hence create the field. But this primary reality is filtered, transcribed into a fiction of the end-of-the-world and a paradise lost. In this wasteland of designs suspended, usual bearings of time become blurred ; these men come to resemble both the first and the last.  

Marguerite Pilven, October 2012

Prix Lucien Hervé et Rodolf Hervé 2012

Créé à l’initiative de Judith et Lucien Hervé, ce prix de la photographie couronne le travail d’un jeune photographe professionnel, en mémoire de leur fils Rodolf, photographe.

L’École Spéciale d’Architecture de Paris est partenaire du Prix Lucien Hervé et Rodolf Hervé depuis 2004. Elle accueille l’exposition de Cyrille Weiner et Ildi Hermann dans la Galerie Spéciale.

The Lucien Hervé and Rodolf Hervé Prize

Created upon the initiative of Judith and Lucien Hervé, in memory of their son Rodolf, himself a photographer, the prize recognizes the work of a professional photographer, according to the objectives originally established by its founders.

The École Spéciale d’Architecture in Paris, is a privileged partner of the Lucien Hervé and Rodolf Hervé Prize and currently hosts the Cyrille Weiner and Ildi Hermann exhibition, in the Galerie Spéciale.
Exposition du 16 novembre au 7 décembre dans le cadre du Mois de La photo à Paris

Galerie Spéciale, Ecole Spéciale d’Architecture, 254 Boulevard Raspail, 75014 Paris

cyrille_weiner_prix_lucien_herve_installation_01

wec1212esa_0007

wec1212esa_0009

Installation views, Galerie Spéciale, Ecole Spéciale d’Architecture, Paris, 2012

“Je mets en scène des limites géographiques, des lieux que l’histoire semble avoir touchée, désertée, puis abandonnée à leurs propres effacements, et réalise en quelque sorte, une archéologie de l’intangible.”

Michel Mazzoni

 

Anabase. Prints BW & Color, 142 x 180 cm on aluminium + frame
God’s Left Eye MM A 6. Phoenix airport 2009/2011
printed on photo rag mat, mounted on dibond 17 x 31 cm
GLE MM A 8. Terminal airport Las – Vegas 2009/2011
printed on photo rag mat, mounted on dibond 17 x 31 cm
GOD’S LEFT EYE est une exploration en altitude de «mondes invisibles», un voyage graphique, une cartographie de territoires sans cesse soumis aux transformations humaines et naturelles. Le devenir même de nos vies dans le Tout-monde.
GLE MM D6 I 8 along Mexican Border 2009/2011
printed on photo rag mat, mounted on dibond 14,7 x 26    cm
GLE MM ZI 4 Tonopah test range missile 2009/2011
printed on photo rag mat, mounted on dibond 16,6x31cm
ArtistBook édité à 400 exemplaires, 18,5 x 19,3 cm. 96 pages, 33 images noir et blanc
Textes : Michel De Certeau, Jean Baudrillard, JG Ballard, Gerges Perec
Postface : Frederic Collier

Editions Enigmatiques 75016 Paris

Gravity

“Déjà, l’érosion volontaire de la plate-forme de L’AUTODROME puis des pistes d’envol de L’AÉRODROME avait signalé ce projet d’exil, en attendant l’arasement des sites de lancement du COSMODROME “ Paul Virilio
Series of 14 photographs 12.2 x 16 cm, device viewfinder, white cardboard 1 cm. Aluminum frames 30 x 40 cm. Project artisbook edition
Weightlessness
Print 142 x 180 cm on aluminium + oak frame, or Ink-Jet Print on matt paper, dimensions according to the space

Les espaces, le temps et les hommes

Zones désertiques, steppes, montagnes s’opposent, sont des territoires hostiles à la présence de l’homme et le restitue à sa place : celle d’entité négligeable dans l’univers

« Deleuze les définissait comme des espaces lisses de pure connexion. Ce sont pour moi des panoramas zéro, proche de l’abstraction » Michel Mazzoni

L’une des interrogations posées par Michel Mazzoni, dans ces photographies, dans ces lieux, est donc la place de l’homme. Le photographe ne joue pas d’une dualité homme contre-nature, il reste sur un plan d’immanence. Dans nombre de ses photographies, sa trace reste présente, par indices, résidus ou par l’architecture… Elle est signifiée par l’entropie elle-même, se piste par abandons successifs de lieux autrefois fréquentés par la présence humaine. Lieux délaissés et livrés à l’épreuve du temps ? Le vecteur temps revêt une grande importance dans le travail de Michel Mazzoni. Il capte cette illusion de l’immuabilité des choses et en dévoile l’impermanence, d’où aussi nombres de photographies aux poses longues, tentatives de saisir cette impermanence, incommensurable…

Ces territoires, ingrats, abandonnés, le photographe n’en fait pas des « natures mortes », la présence même infime de l’humain vient toujours s’imprimer dans ses photographies. Pour lui, il y a une tentative de changer d’échelle, qu’elle soit temporelle, géologique ou encore architecturale… Ces procédures de changement impliquent un effort abstractif, une tentative de pas se placer à hauteur d’homme et à reconsidérer sa propre position de photographe. Le changement d’échelle implique soit d’envisager les choses du côté macroscopique ou microscopique. Quoi qu’il en soit, l’humain reste toujours une entité perdue dans le cosmos…

Pose B (extrait), Valéry Poulet août  2012

http://www.michelmazzoni.com/

http://www.michelmazzoniproject.blogspot.fr/

http://www.anyspace.be/

Francis Alÿs, REEL-UNREEL

Kabul, Afghanistan 2011

In collaboration with Julien Devaux and Ajmal Maiwandi

20:00 min.

Francis Alÿs

La Montagne était à l’origine un projet commandé par la ville de Clermont-Ferrand. Il devient aujourd’hui le nouveau livre de Christophe Bourguedieu.

La Montagne

photographie Christophe Bourguedieu, texte de Michel Poivert

format 28×23 cm, 64 pages, 26 reproductions quadrichromie

Editions Loco, juin 2012

 

L’articulation des photographies, par « phrases » rythmées, dévoile progressivement une autre lecture du récit : dès l’ouverture, la rue qui mène à l’usine Michelin et à ses cheminées fumant sous un ciel orangé apparaît comme le théâtre d’une tragédie provinciale, les colonnes ainsi figurées annonçant le bois enchanté dans lequel veille un chien blanc. Des passions étouffées s’agitent. Un homme tire au pistolet, une jeune femme détourne la tête, des rugbymen épuisés s’effondrent sur le terrain comme des chevaliers vaincus. La Montagne nous montre comment l’univers de Christophe Bourguedieu s’adapte pour décrire nos contemporains, le mélange des temps, la présence des « gens », et s’engage sans hésiter dans un prosaïsme réenchanté.

 

« Aux États-Unis (Éden), en Finlande (Tavastia) ou bien encore en Australie (Les Passagers), Christophe Bourguedieu travaille depuis longtemps à saisir par les corps, les regards, les chemins et les architectures, le sentiment d’un monde contemporain occidental. Ce que l’artiste perçoit est le réservoir des humains. Des lieux où une communauté maintient dans un transparent secret l’héritage démocratique. Pour une fois en France, il nous livre avec La Montagne une ballade – genre réservé à la musique, mais dont je vois ici un équivalent –, une ballade photographique donc, pour se plonger dans l’espace de la collectivité. » (Extrait du texte de Michel Poivert)

 

Signature le mercredi 20 juin 2012, librairie photographique le 29

Une exposition des œuvres de Christophe Bourguedieu se tiendra du 15 juin au 19 septembre 2012 au Centre photographique de Clermont-Ferrand.

Ces photographies sont extraites d’une série en cours d’accomplissement : Après tout. Elle sera montrée en novembre 2012 à Paris.
Au commencement, aucun souci d’unité thématique. Si des liens entre les images se tissent après coup, je les assimile à des terminaisons nerveuses. Vouloir parler de la vie de son esprit en plein milieu du monde sans être saisi par le délire, c’est un souci quotidien. La seule question qui vaille pour moi aujourd’hui.

These photographs are from a series is being made: Après tout. It will be shown in Paris in November 2012. Initially, no worries of thematic unity. If links are forged between the images after the fact, I equate them with nerve endings. Want to talk about the life of my mind in the middle of the world without being seized by the delirium is a daily concern. The only valid question for me today.

Amaury da Cunha

www.saccades-images.blogspot.com
www.amaurydacunha.com

%d bloggers like this: